Chèvres Bermeya avec des dispositifs de digitanimal

Aujourd’hui nous voulons vous raconter une histoire qui nous arrive du nord de l’Espagne, concrètement de la côte de Cantabrie, et qui traite de chèvres Bermeya qui ont nos dispositifs digitanimal.

« 33 JOURS À LA DÉRIVE DANS LA MER CANTABRIQUE »

Jesús López est un éleveur asturien qui possède des chèvres Bermeya, une race autochtone de la Principauté. Ce troupeau pâture habituellement dans une des plus belles zones de la côte occidentale, connue pour être jonchée de falaises qui bordent la mer de Cantabrie, près du Cap de Vidio. Il possède un troupeau d’une trentaine de têtes, qui ont l’habitude de s’alimenter librement d’abondantes herbes en accédant aux parties les plus escarpées du littoral, même les plages. Cet éleveur contrôle le déplacement et la localisation de ses animaux avec trois dispositifs de digitanimal.

Chèvres Bermeya avec des dispositifs digitanimal

Aux alentours de fin août, 7 de ses chèvres sont restées dans une zone rocailleuse et, par crainte des touristes et des chiens qui erraient dans la région, elles ne quittèrent pas l’endroit avant la marée montante, se retrouvant ainsi isolées entre les rochers. Jeús fut témoin, à travers son téléphone, de la compromettante situation de ses animaux. C’était un jour de forte houle, que six d’entre elles purent éviter, montant finalement par la pente. La septième chèvre, qui portait le dispositif de digitanimal, fut frappée brutalement par les vagues et disparut dans la mer.

Localisation des chèvres Bermeya avec les dispositifs digitanimal

Dans un premier temps, le dispositif arrêta de transmettre le signal alors que Jesús appela notre service clientèle pour nous informer de ce fait et se désinscrire. Cependant nos techniciens vérifièrent au second jour de l’incident que le collier émettait des signaux toutes les demi-heures, tel comme il était programmé.

Dispositif de digitanimal

Après 33 jours à la dérive et émettant un signal, le dispositif marquait une localisation concrète, près du port de Avilés à plus de 30 kilomètres de la zone de pâturage, dans un parcours en mer qui a fourni un signal à tout moment, grâce à l’étanchéité et l’hermétisme qui recouvre nos capteurs.

Jesús put localiser et récupérer l’appareil dans une zone de résidus et décombres, où la mer expulse tout ce qui reste. Là-bas se trouvait le dispositif, même si il n’y avait aucune trace de la pauvre chèvre, nous supposons que c’est à cause de la dureté et la cruauté de la mer de Cantabrie.

Cet incident est une garantie de la robustesse de nos colliers de localisation digitanimal, résistants y compris aux naufrages !