Equi-libre Sierra Nevada, l’histoire d’amour qui utilise notre système Digitanimal

Dans la ferme Yebra Gatón, ils mènent une de ces vies qui font rêver. Ils nous ont récemment mentionnés dans une de leur publication Instagram. Ils parlaient de la fusion des traditions et des nouvelles technologies, mentionnant notamment comment nos colliers GPS les ont aidés au quotidien. Comme nous trouvions ce qu’ils faisaient très intéressant, nous avons eu envie de les rencontrer, et voilà le résultat!

1. Racontez-nous qui vous êtes et ce que vous faites?

Je m’appelle Clara Gatón, je suis monitrice d’équitation, éducatrice sociale, dresseuse de chevaux, cowgirl et mère de 3 enfants. J’ai créé la société « Equi-libre Sierra Nevada » pour partager ma passion et celle de mon mari pour les chevaux, la nature et l’élevage extensif et ainsi pouvoir, à travers des expériences uniques et des aventures authentiques, aider les autres à trouver un meilleur équilibre dans leur vie.

2. Quels types d’animaux avez-vous?

J’ai environ 100 vaches en extensif dans plus de 7000 hectares du parc national de la Sierra Nevada avec des races indigènes telles que les Berrendas et en danger d’extinction telles que les Pajunas. J’ai environ 15 chevaux, dont 5 vivent en liberté toute l’année dans la Sierra, 7 mulets, environ 700 moutons et chèvres, environ 15 chiens, chats et poules!

3. Quelle est votre histoire?

Depuis que j’ai rencontré mon mari, il y a 10 ans, nous avons eu ce rêve ensemble. Je suis dedans depuis encore plus longtemps, j’avais déjà une société de routes équestres en Italie, puis en France.

J’étais venue en Espagne pour revenir aux racines du dressage western dans lequel je suis spécialisée, je voulais découvrir le dressage. Et j’ai découvert Antonio, un cow-boy qui a emmené quelque 200 vaches de Córdoba à la Sierra Nevada pour la transhumance. C’était tellement insolite et authentique que je n’ai pas pu résister à l’envie de rejoindre l’aventure. En chemin, au son des cloches des vaches, nous nous sommes mariés.

Dès le début, nous voulions faire de l’équitation, car Antonio travaille également comme moniteur et est un vrai cow-boy avec tant d’art à partager. Je suis également monitrice, je parle 5 langues et je m’’intéresse énormément au développement personnel et à l’équilibre de l’être humain. Mais nous avons aussi passé du temps à élever des enfants, des chèvres, des moutons et sûrement un peu de peur de nous lancer dans ce projet. Enfin cet été, juste avant d’avoir 40 ans et de réaliser que le temps passe vite, j’ai décidé que c’était maintenant.

Nous nous sommes enregistrés en tant qu’entreprise de tourisme actif, j’ai créé un site Web et ouvert un compte Instagram, et nous avons commencé à emmener nos premiers clients à dos de mules et de chevaux vers les sommets de la Sierra. Plus nous avons pris de personnes, plus nous avons réalisé à quel point notre travail et son environnement sont uniques et précieux. Nous proposons également des itinéraires avec travail de cow-boy dans lesquels les gens peuvent se sentir comme un vrai cow-boy courant après les vaches après les avoir recherchées à travers de vastes zones de montagnes escarpées. Il reste encore de nombreux projets à réaliser et des aventures à partager, nous ne faisons que commencer!

4. Comment s’organise votre quotidien?

Tous les jours sont différents. Il y a des jours où je reste plus à la maison, à gérer les enfants, les papiers administratifs, l’organisation et la programmation. Et d’autres jours on a des gens sur la route et puis on va prendre les animaux, on les emmène se promener, on enseigne, on partage, on s’amuse ensemble.

Presque tous les week-ends je grimpe à 2000m d’altitude dans une ferme où viennent souvent mes chevaux libres. De là, je vais en tant que cow-girl chercher nos vaches, les pousser si elles s’approchent des limites où nous ne voulons pas qu’elles aillent, ou simplement regarder si elles vont bien. Puis je commence à apprivoiser les différents poulains qui sont élevés en totale liberté et en très bonne santé physique et émotionnelle. C’est une grande chance de pouvoir avoir des animaux dans ces conditions. D’autres jours, nous installons un berger électrique pour les mulets que nous déplaçons en fonction de l’endroit où il y a de l’herbe pour eux. D’autres jours, j’accompagne mon mari paître avec les moutons. Ce qui est sûr, c’est que je ne m’ennuie jamais!

5. Quels changements l’utilisation de nos appareils GPS a-t-elle entraîné
pour vous?

Un très grand confort; Par exemple, alors qu’avant mon mari devait monter dans les montagnes avec la voiture et passer plusieurs heures à surveiller les vaches, maintenant il le fait du lit quand il se réveille, et si nécessaire il part, mais si nous voyons que tout va bien, alors c’est du temps gagné. Aussi pour moi, qui ne connais pas aussi bien la Sierra que lui, c’est une aide précieuse de pouvoir me guider avec l’appareil, et depuis que ma jument le porte, c’est beaucoup plus facile de retrouver les vaches!

6. Selon vous, quels avantages l’utilisation de la technologie dans
l’élevage apporte-t-elle?

Je crois que cela fait gagner du temps, que c’est un outil puissant qui est très utile lorsqu’il est bien utilisé, et qu’il permet aussi aux animaux de vivre dans des conditions très naturelles tout en nous apportant la tranquilité de savoir où ils se trouvent. Je crois que la technologie associée aux valeurs éthiques et à la connaissance des valeurs traditionnelle peut être un équilibre parfait pour une nouvelle façon de vivre de la nature et dans la nature.

De Digitanimal nous remercions Clara d’avoir pris de son temps pour nous faire part de son expérience personnelle et professionnelle.