Héctor Higueras : « Avant je ne dormais pas en pensant où seraient les vaches à l’aube »

Héctor et Eli de Ganados Higueras nous racontent leur expérience depuis qu’ils ont nos colliers GPS

Ce que nous aimons le plus chez digitanimal, c’est de connaître vos histoires qui nous montrent que nos colliers GPS aident vraiment les agriculteurs. Et il ne s’agit pas seulement de vérifier l’efficacité du système, mais surtout de savoir en détail comment leur quotidien évolue et quelle tranquillité d’esprit cela leur apporte.

A cette occasion, nous allons vous présenter les personnes derrière les Ganados Higueras de Vinuesa (Soria). C’est en 2020 qu’ils ont découvert nos appareils et après les avoir utilisés pendant un certain temps, ils nous ont contactés pour nous exprimer leur gratitude. Qu’est-ce qu’on aime recevoir des messages comme ça !

Le fait est que nous avons tellement aimé leur message que nous avons décidé de les interviewer afin que vous puissiez tous découvrir leur élevage et leur expérience. Nous vous laissons donc ici leurs réponses afin que vous puissiez rencontrer Héctor et Eli.

Quel genre de ferme avez-vous?

Héctor : Bien que le ranch soit à mon nom, en réalité nous avons commencé tous les deux, ma femme Eli, et moi. Nous avons amené les premières vaches en janvier 2020 et nous avons maintenant 2 juments, 43 vaches en liberté, 5 génisses et 2 taureaux. La plupart des vaches sont en montagne, et d’autres sont dans l’étable, pour allaiter les veaux.

Quand avez-vous pensé à utiliser digitanimal ?

Héctor : Nous avons commencé avec des vaches très endurantes et nous avions du mal à joindre les deux bouts pour veiller sur elles. En mars, elles se sont échappées et j’ai dû beaucoup me déplacer avec la camionnette. J’en ai vu 2 ici, 3 là… J’ai passé un mois et demi à les chercher, dépensant beaucoup de temps et d’argent en diesel. Nous avons passé un très mauvais moment, je ne dormais pas et je ne vivais pas en me demandant où elles pouvaient bien être. Parce que, bien sûr, c’était mon argent, mon avenir, mon tout.

Eli : J’étais enceinte et on a dû se rendre à l’évidence que me balader en voiture tous les jours n’était pas bon pour moi. C’est alors que je suis allé sur Internet et que j’ai trouvé vos appareils et que j’ai dit à Héctor « ok, tu dois acheter ça. Au moins pour savoir où elles sont, car on ne peut pas passer une autre saison comme ça. »

Les colliers GPS vous permettent-ils d’avoir l’esprit tranquille et de gagner du temps ?

Héctor : Oui, par exemple, je mets les colliers GPS sur celles qui vont accoucher pour que si elles m’échappent, je puisse les localiser. Parce que pour mettre bas, elles ne veulent pas être enfermées donc elles partent généralement. Alors, sans les colliers, on passerait du temps à les chercher, mais comme nous avons le GPS, on sait déjà qu’elles sont ici ou là et et tu ne perds plus de temps pour les trouver. De plus, le boitier GPS mesure la température et cela est également très pratique.

Eli : Il regarde davantage l’application tôt le matin ou en fin d’après-midi. Quand il sait plus ou moins qu’elles bougent pas mal.

Héctor : Elles se couchent la journée. Elles ont la paille, je les mets le matin et je les sors à 18h00, donc pendant la journée je ne regarde pas l’application car elle ne bougent pas. Mais bien sûr, la nuit, une fois sorties, toutes les 30 minutes je regarde où elles sont, pour voir leurs déplacements.

Eli : Si même avec les appareils on est très attentifs, eh bien imaginez quand on n’avait pas les appareils les tours qu’on faisait.

Héctor : La première chose que je fais le matin, c’est de regarder l’application. La dernière chose que je fais quand je vais me coucher, c’est de la regarder aussi. Et entre le matin et l’après-midi, je vais regarder environ 20 fois.

Eli : Il part en voiture pour les chercher et elles sont à 3 minutes en voiture. Avant d’avoir les colliers GPS, il fallait que j’aille les chercher à pied, pour voir si j’entendais les cloches… Maintenant, comme on voit où ils sont, Héctor part directement et entend tout de suite les cloches, et ça nous change la vie.

Quels sont vos futurs projets à la ferme ?

Héctor : Une fois que vous êtes lancé, eh bien, il faut continuer à avancer. Mais ce qui coûte cher, c’est le début quand tu dois tout installer et investir, préparer l’étable, acheter le véhicule… Une fois que tu as fini, peu importe si tu en as 50 ou 100 car tu t’en occupes pareil.

Eli : En fait, je participe au cours sur l’incorporation des éleveurs pour qu’à l’avenir nous puissions grandir d’une autre manière. Je ne travaille pas dans le ranch, mais je n’exclus pas que peut-être dans 6 ans je pourrais aussi commencer à avoir mes propres animaux, car maintenant je l’aide pour certaines tâches spécifiques, mais au final c’est lui qui se dévoue pleinement à cela.

Héctor : Pour ma part, je recherche plus de technologie pour mon élevage. Par exemple, j’ai actuellement une caméra qui est alimentée par la lumière du soleil afin que la nuit je puisse voir si une vache pleine a mis bas.

Pensez-vous que l’arrivée des nouvelles technologies et de la digitalisation est quelque chose de positif pour l’élevage ?

Eli : Le secteur doit être professionnalisé comme les autres secteurs. Finalement, l’élevage se développe aussi très vite, mais les gens ont le sentiment que tout dans le secteur primaire est très rudimentaire. Il y a des gens qui ont des inquiétudes et qui sont intéressés pour grandir, c’est pourquoi nous recherchons la technologie pour nous aider à le faire.

De digitanimal, nous remercions Héctor et Elisa d’avoir consacré un peu de leur temps à expliquer leur expérience personnelle et professionnelle.

WhatsApp: +33 754370949
Teléfono: 914126657
Email: info@digitanimal.fr